Antidouleurs nouvelle génération

Les utilisations de la toxine botulinique en médecine s’étendent
En témoigne cet article récent publié dans le journal Capital Santé 09 Hiver 2014.

Les traitements antidouleur médicamenteux aux effets secondaires indésirables n’ont plus la cote. Médecins et patients optent pour le Botox®, les patchs ou la régulation de la microcirculation.

Le Botox®, une arme contre la migraine chronique

Par le Dr Silke Abaza, médecin chef en thérapie interventionnelle de la douleur, Centre de la tête, Schmerzklinik, Bâle

Les patients souffrant de migraines chroniques présentent plus souvent des affections secondaires que les personnes atteintes de céphalées épisodiques (provisoires). Les premiers sont en effet plus souvent atteints de dépression, de troubles anxieux, de surpoids, d’hypertension, de surconsommation de médicaments et de troubles du sommeil.
La migraine chronique est une maladie incurable et jusqu’à présent on peut seulement en prévenir les crises et soulager la douleur.

Bloquant la libération du neurotransmetteur acétylcholine, le Botox® procure un effet myorelaxant.

Souvent accompagnée de nausées, de vomissements, d’hypersensibilité au bruit ou à la lumière et d’un état dépressif, elle a des répercussions significatives sur la qualité de la vie. Les malades n’ont par conséquent pas d’autre choix que de prendre des traitements médicamenteux, en permanence.

La Toxine botulique dans sa forme diluée, plus connue sous le nom de Botox®, est employée depuis de nombreuses années pour traiter des pathologies neurologiques, pour résoudre des problèmes de contraction ou de spasticité musculaires ou pour traiter certains troubles moteurs.
Toutefois, le traitement esthétique des rides d’expression a permis de découvrir, également de manière incidente, la capacité de cette substance à atténuer les symptômes des patients migraineux.

Bloquant la libération du neurotransmetteur acétylcholine, le Botox® procure un effet myorelaxant (qui détend les muscles). Il inhibe, en outre, d’autres médiateurs aux effets inflammatoires, auteurs d’épisodes très douloureux. Le Botox® n’agit pas contre une douleur aiguë, mais il empêche l’hypersensibilité et protège le système nerveux contre les crises de migraine récurrentes.

Pour un traitement local, 100 à 155 unités de Botox® sont injectées dans les 31 points précisément définis et situés dans les muscles de la tête, du cou et du visage.

Le traitement régulier au Botox® s’avère efficace pour lutter à long terme contre la migraine chronique, car, faute de pouvoir la guérir totalement, il est cependant capable de la transformer en une forme épisodique et par conséquent de la changer le quotidien du malade.

Le Botox® a permis d’élargir le spectre thérapeutique de la migraine chronique et celui de la prévention des céphalées en particulier, par un moyen thérapeutique efficace et bien toléré. Je souhaiterais ici par ailleurs mentionner que dans certains cas, le traitement au Botox® des névralgies faciales et du bruxisme donne aussi de très bons résultats.

Source : L’AGEFI Capital Santé